Mon entreprise, c'est d'inscrire sur ce site peu à peu toute ma poésie, depuis 1967,

                                  Gorelli.

 

ETE DUFY

VARIATIONS DE REFLETS                                         RAOUL DUFY

       SUR UN PORT                                                          POEME

 

Entre port et le large                                                Raoul Dufy discret

c'est le juste milieu                                                et doux aquarelliste

c'est là que se tient Dieu

pour surveiller les anges                                          au regard un peu triste

                                                                              mais un regard qui crée                                                                  

Traverser le port                                                      des coloris intenses                           

pour le déjeuner                                                    dans des formes de rêves

c'est partir à bord

d'un voilier au vent                                                  la joie est une brève

qui appareille en                                                   couleur de l'existence

Méditerranée

 

"Joli ! Joli ! Joli !                                                    Auprès de lui Matisse

Il est beau l'aïoli !"                                                une forte bâtisse

 

Sur un trottoir du port                                           quand Dufy lui n'est qu'une

un restau baisse un store                                     roulotte sous la lune

c'est la voile qu'on hisse

le gréement grince fort

et sur la mer on glisse                                          Né d'un paysage normand

                                                                             il se fait artiste à Montmartre

Un phare c'est le I                                                et peintre au sud évidemment

du mot Imaginaire                                                Martigues Marseille L'Estaque

et de son doigt précis

il écrit dans les airs                                              Il touche la mer l'océan

                                                                             à Deauville le Cargo blanc

Le soleil frappe un bateau                                   au Havre Plage et Estacade

et le désigne au départ                                        à Nice Jetée Promenade

pour des rivages plus beaux                                   la Jetée de Honfleur

sous des lumières plus rares                                  le Filet du Pêcheur

                                                                                des Bateaux dans le Port

Musique du Brésil                                                   de Marseille sans hâte

en soirée sur le port                                                d'autres dans des Régates

et nous voguons à bord                                          toutes Voiles dehors

vers le plus doux exil

                                                                                Affiches à Trouville

A deux marches de l'eau                                        ces affiches "qui chantent

sur le rebord du quai                                              tout haut" sur tous les airs

quelque chose de gai                                             pavoisent et enchantent

flotte autour des bateaux                                        les regards qui défilent                                       

                                                                               "Voilà la poésie 

Ecoutez bla bli bla                                                   ce matin" comme écrit

les bateaux qui échangent                                     le mage Apollinaire

leurs rêves de là-bas

où ils iront dimanche

                                                                                A Nice il épouse

Avant que l'eau ne bouge                                       la Grande Baigneuse

avant que les humains

n'arrivent nus et rouges                                          au grand bain de sa vie

le port rêve aux lointains                                         c'est elle l'Eugénie

 

Va te baigner le matin                                           puis pour l'ami Apollinaire

sur la longue plage vide                                        il grave une édition entière

et sur l'eau pas une ride                                                 de Bestiaire

vois si le ciel tu n'atteins

 

Un escalier descend                                             Avec un couturier de mode

à la mer sous les pins                                          il crée des motifs pour tissus

là-haut le Phare peint                                           pour des tentures pour des robes

le ciel d'un bleu puissant                                      pour des étoffes des soieries

                                                                             et pour de la tapisserie

La tombe de Dufy                                                décors costumes de théâtre

dans les cyprès les cistes                                    de tous ses dessins sont issus

semble un tableau qu'il fit                                    animaux oiseaux fleurs naïades

un soir qu'il était triste                                                        en cascades

 

                *

                                                                             Pour lui la lumière électrique

                           à la vie là                                     serait une Fée excentrique       

                                                                             à l'Expo lors il imagine

Deux corps sur un lit blanc                                  une immense fresque éclatée

posés sur les côtés

et les rideaux tremblants                                     "Soirs de Paris ivres du gin

après-midi d'été                                                    flambant de l'électricité"

                                                                             comme écrivait Apollinaire

Les deux volets à l'ancre                                      plus de vingt années en arrière

oscillent doucement

sous la brise il leur manque

la mer pour élément

                                                                                 Toutes ses couleurs vivent

Dans l'herbe pique-nique                                       débordent les contours

comme deux vieux beatniks 

au plus loin de la foule                                              dans leurs mouvements pour

comme deux babas cools                                      que toute joie s'ensuive

 

Le temps des mèches folles                                          "Toute la joie

et des cheveux trop longs                                              qui est en moi !"

s'en est allé selon 

les feuilles qui s'envolent                                          La fête la merveille

                                                                               là sont représentées

Un corbeau ce matin 

noircit le paysage                                                      dans la simplicité

et son cri au passage                                             qui touche à l'essentiel

grince comme un destin

 

Et maintenant des traces                                          Dufy c'est la légèreté

dans le ciel de pas blancs                                      la couleur d'un matin d'été

comme un mouvement lent                                                                            

vers les choses qui passent                                     Dufy c'est un défi de plume

                                                                               une aquarelle qui s'allume

Un vieux marche à peine

un jeune court vite                                                    et la vie devient plus légère

c'est une des scènes                                             toutes les choses les gens dansent

à laquelle invite

le jardin public                                                          et tout le monde se fiance

la vie à la suite                                                       à la plus subtile lumière

 

 

 

  Ecrit l'été 2021 sauf la dernière strophe Dufy

écrite en 2013 pour l'Exposition Dufy au Musée Ziem de Martigues

(Marseille-Provence capitale européenne de la culture)

  Dit aussi en 2014 au Musée des Beaux-Arts Jules Chéret de Nice

(Nuit des Musées)                                                     

Ce site est propulsé par Viaduc