Mon entreprise, c'est d'inscrire sur ce site peu à peu toute ma poésie, depuis 1967,

                                  Gorelli.

LA MER ET MOI

La vague vient à l'homme                                            L'écume est le sillage

berce la rêverie                                                          des marins qui partirent

et l'écume sourit                                                        sur d'antiques navires

bienveillant est le monde                                            un matin vers le large

 

aucun élément dur                                                      de ces fous magnifiques

dans l'eau qui se déploie                                             qui les premiers franchirent

comme un manteau de soie                                          dans les craintes les pires

accueillante nature                                                     sur la mer les limites

 

la couleur en est fraîche                                             on voit parfois des routes

au regard et au front                                                  qui sur l'eau se dessinent

là toujours nos yeux font                                            c'était leur course ultime

de merveilleuses pêches                                              au cri d'en avant toutes 

 

 

 

Toujours en mouvement                                              Il existe des terres

c'est le temps qui s'avance                                         au fond de l'air là-bas

inarrêtablement                                                          mais qu'on n'aperçoit pas

la vague en est la danse                                              peut-être imaginaires

 

et lorsque la lumière                                                   peut-être des fantasmes

s'éparpille sur l'eau                                                    des îles des pays

c'est la vie tout entière                                              et des ports lointains qui

qui se verse d'en haut                                                 peut-être sont infâmes

 

vivent poissons et algues                                             ils ont le privilège

nageurs et promeneurs                                               qu'on ne les aperçoit

bateaux et tous divaguent                                          pas c'est alors que lève

partout toutes les heures                                           l'envie au fond de soi

 

 

 

C'est le soleil qui rit                                                   Sur son rocher Homère

d'innombrables éclats                                                 émerge à l'origine

et vient se baigner là                                                  et premier imagine

où il donne la vie                                                         l'espace d'une mer

 

juste sous l'horizon

de toutes existences

entre le ciel profond

et une mer intense

                     

LA MER ET MOI

Ecrit à Nice

en Décembre 2016

 

                          

                    

Dit

à la Rotonde de Beaulieu-sur-Mer

pour le Festival du Livre de Voyage

en mars 2017

 

 

                      

Illustré

par une image d'un solo poétique

en barque autour du Phare de Planier à Marseille 

en juillet 2004

 

                    

Ce site est propulsé par Viaduc