Mon entreprise, c'est d'inscrire sur ce site peu à peu toute ma poésie, depuis 1967,

                                  Gorelli.

   Je cherche un agenda pour le mois de novembre

j'y collerai la photo d'Apollinaire

   il y a cent ans qu'il est mort

qu'il est mort de la guerre

 

   A la radio passe du Ravel c'est un objet qui s'appelle

un radio-Ravel

 

   Il y a des moments

où je me sens

   en harmonie

avec le moment avec moi les gens

   autour le paysage le ciel

je les appelle

   les moments infinis

 

   A la radio maintenant j'écoute le jazz

c'est le coeur qui bat

 

   Lendemain de manif sur la place

comme si de rien n'était passé

   les clameurs les slogans les mots d'ordre des banderoles

se fraient-ils encore un chemin quelque part vers

   leurs destinataires ?

 

   Si nous voulons de la campagne à la ville

allons au marché

   les tomates les gros poivrons et les petites courgettes

n'auront pas peut-être

   parcouru trop de kilomètres

 

   Les figues du figuier sont les meilleures

parce que je suis avec elles dans l'arbre les feuilles les oiseaux

   les figues du village d'à côté sont meilleures que les figues de loin

car elles n'ont pas le goût de l'essence des pneus de camion du bitume d'autoroute

 

   L'Afrique au coin de nos rues

si nous ne voulons pas qu'elle vienne ici

   n'allons pas là-bas

ici elle cherche une aide un travail

   là-bas nous pillons

sa platine son chrome et son diamant

   sa bauxite son uranium et son or son café son cacao

 

   Trois heures du matin

à l'hôtel des carrefours du monde

   des russes se disputent à pleine voix

il semblerait qu'ils s'imbibent bien

   des indiens s'interpellent comme en plein jour

sans doute à cause du décalage

   j'appelle le veilleur de nuit maghrebin

demain j'en parlerai à l'hôtesse roumaine

 

   Dans la ville - monde tu croises des gens du monde entier

tu ne sais plus où tu habites qui tu es

   tu te fonds

parmi les noms

   de pays de famille

tu deviens doucement anonyme

   tu es vraiment au monde

 

   Ils courent sur une Promenade

c'est un contresens

   ils soufflent ils souffrent

qui les condamne

   à tourner l'un derrière l'autre

dans un cercle infernal ?

 

   Au-dessus les avions se précipitent sur l'aéroport

l'un derrière l'autre

   dans un cercle infernal

déversant leurs carlingues

   à la grande chaleur du Sud

 

   En traversant la route attention

aux voitures aux bus aux motos

   en traversant la piste cyclable attention

aux vélos aux rollers aux skates

   sur le trottoir attention

aux trottinettes aux gyropodes aux monoroues

   enfin sur la plage attention

aux drones et aux drones marins dans l'eau

 

   Le bouddha de la plage

est assis au lever du soleil

   entre pierre ciel et mer

immobile dans l'univers

   il ne s'agite plus

entre joggeurs bateaux avions

   et la circulation

 

   Nous n'irons plus au bord                                                      Il pleut il pleut Hôtesse

les palmiers sont coupés                                                       rentre c'est la Mousson

   le charançon que voilà

ira les grignoter                                                         Il court il court le joggeur

   entrez dans le commerce                                   le joggeur des plages mesdames

des plantes d'ornement                                            elle court elle court la joggeuse

   sans respecter la quarantaine                            la joggeuse des plages messieurs

d'Asie provenant                                                       les belles sportives

   voyez comme il creuse creusez creusez           font comme ça

dévorez qui vous voudrez                                         les beaux sportifs

                                                                              font comme ça

 

   Les pulls les pantalons les casquettes les sacs

aux motifs militaires

   préparent tout le monde

à la guerre

 

   Salut au poète

Appeau Apollon Apollinaire !

   de son nom originaire

Kostrowitsky

   inventeur de la poésie moderne française

 

 

A BORD DU MONDE

Ecrit

en Octobre - Novembre 2018

 

 

                          

                    

Dit

pas encore

 

 

 

                      

Illustré

par une image du récital

pour les 100 ans d'Apollinaire

dans l'Auditorium 

de la Mediathèque Nucera

de Nice

en Novembre 2018

 

 

 

 

                    

Ce site est propulsé par Viaduc