Mon entreprise, c'est d'inscrire sur ce site peu à peu toute ma poésie, depuis 1967,

                                  Gorelli.

.../...                                                                   Vitres ouvertes sur la route,

                                                                                       chaque fois que j'accélère,

                                                                                       sur le côté les arbres frémissent,

                                                                                       d'un murmure réprobateur:

                                                                                      "En voici un qui ne sait pas que

                                                                                       c'est l'immobilité qui attire les choses.

                                                                                       Il pense qu'en se dépêchant vers elles,

                                                                                       il va les saisir..."

 

                 Dans du soleil liquide                                            LEGER

                 la face vers le ciel                                     Léger je dois être léger

                 affleurant l'essentiel                                  sur mes pas dans le songe

                 je trouve l'équilibre                                    que je fais de moi-même

 

                                                                                   dans l'air que je traverse

                          BAIN                                                 en allant vers les autres

     Tu baignes dans un tableau de Monet

     Entre le bleu le vert le blanc le jaune                    je dois être léger

     Tu te plonges dans l'eau de la mer comme          à leurs yeux sur leur coeur

     Si tu venais juste d'y être né

                                                                                   pour que paraissent légers

     Comme si des pesanteurs dévêtu                        leurs jours notre vie

     Tu te fondais parmi les éléments

     Comme si dans cet endroit même tu                              AIME-LA

     Devenais de la matière l'amant

                                                                                      Aime-la aime-la toujours mieux

                                                                                      comme elle est comme elle vit

      La sagesse                                                             comme elle t'aime

      c'est le soleil d'hiver sur le port

      la douceur là où s'attend le froid                            regarde-la respire-la

      le geste enfin d'ouvrir les bras                               dis le mot qu'elle attend

      pour ceindre les autres de son corps                     fais le geste qu'elle espère

      c'est se sentir avec tous chez soi

      que tous me touchent sans qu'ils me blessent      aime-la aime-la même si

      et comprendre qui ne comprend pas                     parfois tu tombes du ciel

      la sagesse                                                             elle demeure ton ange

 

                                                                                    aime-la aime-la elle est

                 Etre un brin d'herbe                                   la forme de ton rêve

                dans l'immobilité                                         l'histoire de ton coeur

                et n'être qu'un été

                en une vie superbe                                     à deux vous dessinez 

                                                                                   une vie dans le réel

                Le plaisir en exergue

                d'un seul lieu s'entêter

                puiser l'humidité                                        De paille et de soleil

                sans qu'un rayon se perde                        mon bel amour tout blond 

                                                                                  debout contre le ciel

                Avec des autres l'aide                               de ma vie tout au long

                faire un champ de beauté

                et frémir d'exister

                en un brin d'herbe                                     Tout est calme au matin

                                                                                  l'ombre à peine se lève

                                                                                  une rumeur m'atteint

     Le centre du monde                                             aux rives de mon rêve

     c'est là où tu vis

     la vie ta façon de                                                 doucement tu respires

     partager l'envie                                                    c'est alors ton bras nu

                                                                                 la jetée qui m'attire 

                                                                                 du lointain revenu 

     Sur les ports le matin

     des bateaux appareillent

     vers les lointains soleils                    Je suis comme un voilier parti en haute mer

     que jamais l'on n'atteint                    ayant quitté son port sans connaître la voie

                                                              dont les voiles s'enivrent des rives qu'il voit

                                                              et qui ne reviendra jamais en arrière

     Suivi par la lumière

     un voilier rentre au port                                     

     abandonnant au bord                                             Il glisse dans la mémoire

     du monde sa chimère                                            le frêle esquif des ancêtres

                                                                                   qui aborde tout mon être

                                                                                   plein du sel de mon histoire

     et si la vie était ce voilier blanc

     qui rentre au port dans la lumière                         sur les plus secrets canaux

     tout doré de sa croisière                                       de mes gestes de mes rêves

     au loin sous le soleil sous les vents                     mes miroirs et mes châteaux

     au coeur des ports                                               qui dans les brumes s'élèvent

     ou au creux des îles

                                                                                         

     si la vie était                                                                Je retrouve la mer

     une journée sur ce voilier blanc                                  juste au seuil de l'été

     alors on peut toucher à la sérénité                             j'entre et je glisse vers

     comme l'on glisse au long du temps                          l'intemporalité

                                                             

     avec en soi la mémoire des instants

     les plus forts                                                               Merveille la fenêtre 

     si la vie est                                                                 ouverte sur l'été

     sérénité                                                                      la simple éternité

     sur ce voilier tranquille                                               des choses et des êtres

     parmi les oiseaux blancs

 

     si tu ne recherches pas l'argent                             ENLEVEMENT D'UN POETE

     si tu ne veux pas à tout prix

     avoir du pouvoir sur d'autres gens                             La Méditerranée

     si la vie pour toi est un échange enfin                       a voulu me reprendre

     de moments                                                               entre ses vagues tendres

     les plus humains                                                        un jour illuminé

 

     si la vie était                                                               entre houle et reflux

     une journée sur ce voilier blanc                                 comme amoureusement

     alors on peut toucher à la sérénité                            elle de plus en plus

     comme l'on glisse au soir du temps                          attirait son amant

 

                                                                                       c'est une belle fin

              Ces lueurs sur la mer                                       pour un poète qui

              c'est la vie qui scintille                                      s'est tout le temps requis

              comme les mille et mille                                   méditerranéen

              existences solaires

                                                                                       mais de simples mortels

              les éclats du plaisir                                           me ramènent sur terre

              à vivre et à glisser                                            les vagues désespèrent

              le long du temps qui est                                   et Vénus les rappelle 

              impossible à saisir

 

              c'est le salut joyeux                                       L'AGE DES POETES

              le sourire éclatant

              de la vie à tous ceux                                  Un poète n'a pas d'âge

              qui vivent à l'instant                                    il voyage dans le temps

                                                                                 avec des mots pour bagages

              le reflet des vivants                                    pour visas des sentiments

              et leur joie éphémère

              ensemble dérivant                                     un poète n'a pas d'âge 

              dans une vaste mer.                                  vois ! de tous temps il fait signe

                                                                                 le poème est son visage 

                                                                                 et ses rides sont ses lignes

 

                                                                                 un poète n'a pas d'âge

                                                                                 il traverse tous les coeurs

                                                                                 qui se penchent sur les pages

                                                                                 du transparent voyageur.

LES MOMENTS INFINIS

Ecrit

entre 2000 et 2012,

puis 2014 et 2019

 

                          

                    

Dit

   par extraits dans des récitals et en grande partie en 2013 sur l'île du Frioul lors de "La Mer parle" dans un concert-promenade avec Valérie à l'accordéon diatonique 

Diffusé sous forme de livrets à cette occasion

 

 

                      

Illustré

par une photo en fin de concert-promenade sur l'île du Frioul

                    

Ce site est propulsé par Viaduc